DTU 13.12 : fondations superficielles

Sommaire
Introduction
Explication de la DTU 12
1 But et objectifs
2 Exigences et critères
Étapes de la planification
1 Définition des fondations
2 Choix des fondations
3 Profondeur des fondations
Conclusions

Introduction

La DTU 13.12 s’applique aux fondations superficielles et constitue la référence en la matière. Elle définit les caractéristiques et les contraintes des différents types de sols, ainsi que les méthodes de calcul et de construction des fondations superficielles.

La DTU 13.12 définit les différents types de sols en fonction de leur composition, de leur granulométrie et de leur teneur en eau. Les sols peuvent être classés en quatre catégories : les sols meubles, les sols semi-meubles, les sols cohérents et les sols rocheux.

Les sols meubles sont les plus courants et les plus faciles à travailler. Ils se composent de sable, de limon ou de vase et ont une granulométrie inférieure à 2 mm. Les sols semi-meubles se composent de sable, de limon ou de vase et ont une granulométrie comprise entre 2 mm et 20 mm. Les sols cohérents se composent de argile, de gravier ou de roche et ont une granulométrie supérieure à 20 mm. Les sols rocheux se composent de roche et ont une granulométrie supérieure à 100 mm.

La DTU 13.12 définit également les contraintes des différents types de sols. Les sols meubles sont les plus souples et les plus faciles à travailler, mais ils sont également les plus sujets aux tassements. Les sols semi-meubles sont plus résistants aux tassements, mais ils peuvent être plus difficiles à travailler. Les sols cohérents sont les plus résistants aux tassements, mais ils peuvent être très difficiles à travailler. Les sols rocheux sont les plus résistants aux tassements, mais ils peuvent être très difficiles à travailler.

La DTU 13.12 définit également les méthodes de calcul et de construction des fondations superficielles. Les calculs doivent tenir compte de la nature du sol, de la charge appliquée sur la fondation et de la hauteur de la fondation. La construction des fondations superficielles doit respecter les règles de l’art et tenir compte des contraintes du sol.

Explication de la DTU 12

La DTU 13.12 définit les prescriptions techniques pour les fondations superficielles. Ces prescriptions s’appliquent aux travaux de construction et de réparation des fondations superficielles, y compris les fondations carrées et rectangulaires, les radiers, les semelles filantes, les semelles sur talus et les autres ouvrages de semelle.

Les fondations superficielles sont généralement utilisées pour supporter les murs porteurs d’un bâtiment. Elles doivent être construites de manière à résister aux charges horizontales et verticales qui leur seront appliquées. Les fondations superficielles doivent également être construites de manière à minimiser le risque de fissuration du sol.

Les fondations superficielles peuvent être construites en béton, en maçonnerie ou en bois. Bien que le béton soit le matériau de construction le plus couramment utilisé pour les fondations superficielles, la maçonnerie peut être utilisée dans certains cas. Les fondations en bois sont généralement réservées aux bâtiments légers tels que les abris de jardin.

La DTU 13.12 prescrit les dimensions minimales des fondations superficielles, ainsi que les exigences en matière de construction et de réparation.

1 But et objectifs

La DTU 13.12 prescrit les règles générales de calcul, de conception et de réalisation des fondations superficielles. Elle s’applique aux fondations superficielles de tout bâtiment ou ouvrage, quelle que soit leur nature, leur importance ou leur destination.

Les fondations superficielles peuvent être de différents types :
– les pieux
– les semelles filantes
– les radiers

Chacun de ces types de fondations a ses propres caractéristiques et nécessite une conception et une mise en œuvre particulières.

La DTU 13.12 prescrit les règles générales applicables à tous les types de fondations superficielles. Elle définit notamment les termes utilisés, les hypothèses de calcul, les contraintes admissibles, les critères de choix des fondations, les méthodes de calcul et les règles de réalisation.

La DTU 13.12 s’applique à tous les bâtiments et ouvrages, quelle que soit leur nature, leur importance ou leur destination. Elle est particulièrement adaptée aux bâtiments à usage d’habitation, aux bâtiments publics, aux bâtiments industriels, aux bâtiments agricoles et aux ouvrages d’art.

2 Exigences et critères

2 Exigences et critères

2.1 Exigences concernant le sol

Le sol sur lequel sera construite la fondation doit répondre à certaines exigences afin d’assurer la stabilité et la durabilité de la construction.

Tout d’abord, le sol doit être suffisamment compact pour supporter le poids de la construction. En effet, si le sol est trop meuble, il risque de s’enfoncer sous le poids de la construction et de provoquer des fissures ou des affaissements.

Ensuite, le sol doit être suffisamment stable pour résister aux efforts de traction et de cisaillement auxquels il sera soumis. En effet, si le sol est trop friable, il risque de se déformer sous les efforts et de provoquer des fissures ou des affaissements.

Enfin, le sol doit être suffisamment imperméable pour empêcher l’eau de pénétrer dans la fondation et de provoquer des désordres. En effet, si le sol est trop perméable, l’eau risque de s’infiltrer dans la fondation et de provoquer des fissures, des affaissements ou des pourrissements.

2.2 Exigences concernant la nature et les dimensions de la fondation

La nature et les dimensions de la fondation doivent être choisies en fonction de plusieurs critères, notamment le type de construction, le type de sol, les efforts à supporter, etc.

Tout d’abord, le type de construction doit être pris en compte. En effet, les fondations doivent être adaptées au type de construction à édifier. Ainsi, pour une construction légère, comme une maison individuelle, une fondation superficielle peut suffire. Pour une construction plus lourde, comme un immeuble, une fondation profonde sera nécessaire.

Ensuite, le type de sol doit être pris en compte. En effet, le choix de la nature et des dimensions de la fondation doit tenir compte du type de sol sur lequel elle sera construite. Ainsi, si le sol est meuble, il sera nécessaire de choisir une fondation plus profonde et plus large pour assurer la stabilité de la construction. Si le sol est rocheux, une fondation plus superficielle et plus étroite suffira.

Enfin, les efforts à supporter doivent être pris en compte. En effet, la nature et les dimensions de la fondation doivent être adaptées aux efforts à supporter. Ainsi, si la construction doit résister à de importantes charges, comme les charges d’un immeuble, une fondation plus profonde et plus large sera nécessaire.

Étapes de la planification

1) Étape 1 : l’étude de sol

Avant de commencer la construction d’une nouvelle maison, il est important de réaliser une étude de sol afin de déterminer les caractéristiques du terrain. Cela permettra de savoir quel type de fondation est nécessaire et quels travaux de préparation du terrain doivent être effectués.

2) Étape 2 : choix du type de fondation

Une fois que l’étude de sol est terminée, il faut choisir le type de fondation qui conviendra le mieux au terrain et au projet de construction. Il existe différents types de fondations, notamment les fondations superficielles, les fondations profondes et les fondations mixtes.

3) Étape 3 : préparation du terrain

Avant de pouvoir commencer la construction de la fondation, il est nécessaire de préparer le terrain. Cela implique généralement de niveler le sol et de supprimer toutes les plantes et herbes qui pourraient nuire à la construction.

4) Étape 4 : construction de la fondation

Une fois le terrain préparé, il est enfin possible de construire la fondation. Cela implique de poser les premiers blocs de béton ou de pierre, puis de les assembler pour créer une structure solide et stable.

5) Étape 5 : finitions

Une fois la fondation construite, il reste encore quelques travaux de finition à effectuer, notamment le revêtement des murs et le nivellement du sol. Ces étapes permettent de garantir que la maison aura une bonne isolation et sera stable sur le long terme.

1 Définition des fondations

1 Les fondations superficielles sont définies par le code du bâtiment DTU 13.12 comme les « ouvrages de fondation supportant des bâtiments et répartissant les charges sur le sol, comprenant notamment les radiers, les semelles filantes et les pieux, et excluant les murs de soutènement ».
2 Les fondations superficielles sont généralement composées de béton armé et doivent être conçues par un ingénieur qualifié.
3 Les fondations superficielles doivent être construites conformément aux prescriptions du DTU 13.12 et aux normes de construction en vigueur.
4 Les fondations superficielles doivent être dimensionnées en fonction du type de bâtiment à construire, de la nature du sol et des charges appliquées.
5 Les fondations superficielles doivent être construites de manière à assurer la stabilité du bâtiment et à prévenir les désordres du bâti.
6 Les fondations superficielles doivent être entretenues régulièrement afin de garantir leur longévité et leur fiabilité.

2 Choix des fondations

DTU 13.12 prescrit les exigences relatives aux fondations superficielles. La classe de sol à laquelle appartient le sol est déterminée en fonction de sa composition et de sa structure. La classe de sol est importante car elle permet de déterminer le type de fondation à utiliser.

Il existe deux principaux types de fondations superficielles : les fondations superficielles profondes et les fondations superficielles peu profondes. Les fondations superficielles profondes sont généralement utilisées pour les bâtiments à fort trafic, tels que les immeubles de bureaux et les hôtels. Les fondations superficielles peu profondes sont généralement utilisées pour les bâtiments à faible trafic, tels que les maisons unifamiliales.

La classe de sol est importante car elle permet de déterminer le type de fondation à utiliser. Les fondations superficielles profondes sont généralement utilisées pour les bâtiments à fort trafic, tels que les immeubles de bureaux et les hôtels. Les fondations superficielles peu profondes sont généralement utilisées pour les bâtiments à faible trafic, tels que les maisons unifamiliales.

3 Profondeur des fondations

Les fondations superficielles représentent un mode de construction très courant, notamment pour les bâtiments à usage résidentiel. La mise en place de ces fondations est relativement simple et ne nécessite pas de travaux de terrassement trop importants.

Toutefois, il est important de bien dimensionner ces fondations, afin qu’elles soient suffisamment solides pour supporter le poids du bâtiment. Pour cela, il faut tenir compte de plusieurs facteurs, notamment la nature du sol, le type de bâtiment, etc.

La norme DTU 13.12, qui est une norme française, donne les prescriptions techniques relatives aux fondations superficielles. Elle définit notamment les différents types de sols et les critères de dimensionnement des fondations en fonction de ces derniers.

Ainsi, pour un sol meuble, comme par exemple une couche de sable, les fondations doivent être plus profondes que pour un sol rocheux. De même, pour un bâtiment à usage industriel, les fondations doivent être plus solides que pour un bâtiment à usage résidentiel.

Il est donc important de bien se renseigner avant de débuter les travaux, afin de choisir le type de fondation le plus adapté à son projet.

Conclusions

La DTU 13.12 : fondations superficielles est l’une des nombreuses normes qui régissent les travaux de génie civil en France. Cette norme définit les caractéristiques des sols et des fondations superficielles, ainsi que les méthodes d’étude et de calcul des charges supportées par ces dernières. Elle s’applique aux bâtiments et structures de toutes tailles, qu’ils soient destinés à l’habitation, à l’industrie ou au commerce.

La DTU 13.12 : fondations superficielles est divisée en deux parties. La première partie définit les termes et les notions indispensables à la compréhension de la norme. La seconde partie est consacrée aux spécifications techniques des sols et des fondations superficielles, ainsi qu’aux méthodes d’étude et de calcul des charges supportées par ces dernières.

La DTU 13.12 : fondations superficielles est une norme complexe qui nécessite une bonne connaissance des sols et des fondations superficielles. Cependant, elle fournit une base solide pour la conception et la construction de bâtiments et de structures conformes aux normes en vigueur en France.

Laisser un commentaire